Albums
Singles
Solos
Gallery
J5 Files
Links
Forum
News
Store

Articles

> Teenstar Magazine - 1972
> Chicago Daily News - 07/1972
> Sixteen Magazine - 07/1972
> Girl Watcher - 09/1972
> Sixteen Magazine - 12/1972
> Superstars (Jackie) - 04/1973
> Ebony Jr - 12/1973
> 16 Magazine - May 1974

 


All Right-On Magazines here!

Look Magazine
Etats-Unis, 25 août 1970

 

THE JACKSON FIVE

Le nouveau groupe le plus chaud de la planète du disque doit être au lit à 22 heures.

 

Ils ont sorti en seulement dix mois trois singles qui ont atteint plus de 2 millions de copies chacun. Tous ont atteint la première place des charts nationaux. Leurs albums sont recherchés par leur admirateurs adolescents, leurs portraits d'enfants imprimés dans les esprits de millions d'admirateurs. En injectant de la soul dans une musique "bubblegum" bondissante, cinq écoliers appelés Jackson sont arrivés avec un son tout neuf. Derrière de gros, et swingants arrangements, les textes envoyés en avant et en arrière entre le leader Michael, 10 ans à la voix flûtée, Marlon, 13 ans; Jermaine 15 ans, Tito, 16 ans et Jackie 19 ans. Joe Jackson, le père des garçons, était gruttier à Gary, dans l'Indiana, et avait toujours essayer de devenir un grand musicien, mais n'y arriva jamais.

 

Quand ses fils commencèrent à montrer un certain flair musical - Michael n'avait que 4 ans à l'époque - Jackson commença à les inscrire à des concours amateurs, d'abord à Gary, puis autour de l'Etat. Roulant vers l'Est dans un bus Wolkswagen, le groupe se produisit dans des collèges, ou dans des théâtres noirs. L'année dernière, le maire noir de Gary, Richard Hatcher, les présenta à Diana Ross, la star des Supremes (maintenant en solo), elle les aida à rejoindre Motown. En moins d'un an, ils eurent une acclamation nationale, et il n'y pas pas de fin en vue.

Un de ces derniers weekends, les Jackson Five atterrissaient de Los Angeles, où ils vivent actuellement, pour donner un concert au Convention Hall de Philadelphia. Aux côtés de leur père, Joe, leurs cousins Johnny Jackson (qui joue de la batterie avec le groupe) et Ronnie Rancifer (qui joue de l'orgue et du piano), leur entourage incluait Suzanne de Passe, une jeune styliste qui aide les garçons à se perfectionner, le coordonnateur Tony Jones, qui s'occupe des détails logistiques, un photographe de Motown, une équipe cinéma de 5 hommes louée par Motown pour filmer le concert, le chauffeur des Jackson, et un professeur, qui les accompagne dans leurs déplacements. Un camion entier d'instruments, d'amplificateurs, et d'autres équipements électroniques suit également le groupe.

 

Sur scène, dans le caverneux Convention Hall, les Jackson Five surgirent dans une vertigineuse démonstration de chorégraphies et de chansons, avec un Michael hurlant, un mélange James Brown et Sammy Davis Jr, dans un même petit corps. Les chansons des J5 vendent du sexe soft pour une foule prépubère. Sur le titre "The Love You Save", Michael nous emmène vers un niveau d'écolier immaginaire : "Isaac a dit qu'il t'avait embrassée sous le pommier, lorsqu'il a pris ta main il ressentit de l'électricitéééé!".De toute façon, venant des lèvres de ce gamin de 10 ans, c'est tout à fait plausible. Sous cette sexualité précoce, ("Assis-toi, je crois que je t'aime!), il y a un rythme swingant et bluesy qui bouge. Cela fait seulement un an que le bus Wolkswagen est en tournée, mais les Jackson Five ont déjà parcouru un long chemin. Il ont fait plusieurs fois de grandes émissions TV comme Sullivan et Griffin, les courrier de fan abondent, et les fan-clubs prolifèrent. Plus significativement, des offres arrivent de lieux comme Las Vegas et Londres (leur hit ABC arriva en tête des hit-parades anglais). Mais la plupart des offres sont refusées.

 

Les Jackson sont pris en main par le patron de Motown, Berry Gordy, qui développa les Supremes, les Temptations, et d'autres grandes têtes. Gordy est bien décidé à laisser les mauvaises vibrations en dehors des Jackson. Aux côtés de Joe et Katherine, les parents des garçons, il prend les grandes décisions dans leurs vies. Jackie, l'aîné, diplomé depuis Juin, et tous les autres continuent d'aller à l'école publique, à Los Angeles. (Une école a du changer de numéro de téléphone plusieurs fois car des jeunes fans n'arrêtaient pas d'appeler pour parler à Michael). Leurs fréquents concerts sont plannifiés pour les vacances ou les weekends. Joe Jackson exerce une main de fer dans l'élan stimulant de la nouvelle popularité des garçons. "Vous devez travailler beaucoup pour garder la proportion des choses," dit-il. "Je leur dit ce qui arriverait s'ils changeaient et avaient la gross tête. C'est quelque chose que je ne veux pas voir."

 

Donc les jeunes stars gardent un agenda strict qui les fait lever à 7 heures le matin pour l'école, et au lit à dix heures. Entre on a : les répétitions de l'après-midi, les sessions d'enregistrement, les devoirs, un peu de compositions (Michael collabore avec Jermaine et Tito), les interviews, et -si le temps le permet- une partie de baseball avec les fils de Gordy et le jeune frère de Diana Ross, Chico. Avec un tel agenda, rester de simples garçons est beaucoup plus dur que ce que l'on pourrait penser, mais entre le père Jackson et Gordy, cela fonctionne. A la maison avec le reste de la famille - les soeurs, Letoya, 14, Janet, 4 et le frère Randy, 7 ans (une soeur marriée Maurreen, 20 ans, vit dans le Kentucky), un berger allemand, Lobo et 3 souris, les garçons font parte d'un clan très soudé. Katherine Jackson, leur mère, les aide à garder la tête sur leurs épaules. "Je pense que j'ai toujours su que Michael était un enfant atypique", dit-elle. "Dès le début, il était dans la musique. Et, bien sûr, il n'arrête pas de nous faire rire." Michael est la merveille des Jackson. A l'âge de 10 ans, il montre une expérience qui va au-delà de ses années. Imitateur né, il pique quelques façons de faire, les embellit avec son propre génie. Bien que Michael reçoive beaucoup d'attention, il s'entend très bien avec ses frères. "Ils savent qu'il est le leader", dit Joe Jackson. "et ils ont chacun leur partie. Nous fonctionnons ensemble dans cette famille".

Le son dynamique des J5 a épprouvé les voisins de leur première maison à Hollywood Hills, où Jermaine jouait à fond de la basse et où l'orgue ampiliée de Ronnie Rancifer resonnait à travers le canyon. Ils déménagèrent donc dans une nouvelle maison de Beverly Hills, avec piscine, et une spacieuse salle de répétitions. Bien qu'ils soient arrivés en haut de l'affiche avec de nombreux hits, les Jackson ne comptent pas s'assoir sur leurs lauriers. Randy, le joueur de Bongo pourrait rejoindre le groupe, transformant ainsi le groupe des Jackson Five un Jackson Six encore plus chaud!